Ecrit le 11/05/2016

Jacques Villeret est décédé le 28 janvier 2005, des suites d'une hémoragie interne. Il nous a fait mourir de rire.

Jacques Villeret : Retour sur sa vie.

Jacques Villeret : vie et mort de jacques villeretJacques Villeret, de son nom de naissance Jacky Boufroura, est un acteur français né le 6 février 1951 à Loches (Indre-et-Loire) et mort le 28 janvier 2005 à Évreux (Eure).

Les rôles les plus célèbres de Jacques Villeret sont ceux de l'autiste Mo dans L'Été en pente douce, de l'extra-terrestre dans La Soupe aux choux, du maréchal Ludwig von Apfelstrudel dans Papy fait de la résistance et de François Pignon dans Le Dîner de cons.

Mohammed dit « Jacky », mieux connu sur le nom de Jacques Villeret, né d'un père algérien installé en France, Ahmed Boufroura, et d'une mère française, Annette Bonin. Ses parents divorcent alors qu'il est âgé de neuf mois. Élevé par le nouveau mari de sa mère, Raymond Villeret, sous le nom de celui-ci, ce n'est que tardivement qu'il découvre que celui-ci n'est pas son père biologique, il en garde par la suite une profonde blessure.

Ses études secondaires achevées, Jacques Villeret passe par le Conservatoire de Tours, avant d'intégrer le Conservatoire national de Paris où il a pour professeur Louis Seigner, avant de faire ses débuts sur scène avec la compagnie Marcelle Tassencourt.

Au cinéma, c'est le réalisateur Yves Boisset qui lui confie son premier rôle en 1973 : celui d'un soldat durant la guerre d'Algérie dans R.A.S.. Jacques Villeret retourne sous la direction de Boisset l'année suivante dans Dupont Lajoie.

Dans les années 1970, de par sa forte ressemblance avec Maurice Risch, il incarne lui aussi des personnages de Français moyen, rondouillard assez naïf, le plus souvent souffre-douleur. Il tourne sous la direction de Jean-Claude Brialy (Un amour de pluie), Élie Chouraqui (Mon premier amour) et Jacques Rozier (Les Naufragés de l'île de la Tortue).

Jacques Villeret obtient ses premiers rôles importants grâce à Claude Lelouch, avec qui il tournera au total huit films dont Le Bon et les Méchants (1976) et Robert et Robert (1978), qui lui vaut le César du meilleur acteur dans un second rôle.

Bien qu'ayant obtenu le premier rôle de Bête mais discipliné en 1979, il n'accède véritablement à la célébrité qu'en 1981 avec son rôle d'extra-terrestre « oxien » (La Denrée) dans La Soupe aux choux de Jean Girault. Autre second rôle fameux : le demi-frère d'Adolf Hitler dans Papy fait de la résistance (1983), où il interprète la chanson Je n'ai pas changé, reprise parodique (avec un fort accent allemand) de la chanson de Julio Iglesias. En 1999, il interprète François Pignon dans Le Dîner de cons, rôle pour lequel il remporte un César du meilleur acteur.

Très sollicité, il laisse percer de plus en plus son talent dramatique à l'occasion de films tels que Les Enfants du marais de Jean Becker (1999). Ce réalisateur le dirigera à nouveau sur Un Crime au paradis (2001) et Effroyables jardins (2003). Jacques Villeret enchaîne les succès (Malabar Princess et Vipère au poing en 2004, Iznogoud en 2005), jusqu'aux tournages des Ames grises d'Yves Angelo et de Les Parrains de Frédéric Forestier, son ultime long métrage.

II se construit une image de petit rond amusant et lunaire, assez éloignée de ce qu'il est dans la vie. Il confiera à ce sujet dans la presse : "Je suis perfectionniste au point d'en devenir obsessionnel. Faire du comique, c'est moyennement amusant : si je n'ai pas ce que je veux, si ça ne tombe pas au millimètre, je peux disjoncter et piquer des colères démesurées" (L'Express du 06/11/2003).

Il meurt à Évreux le 28 janvier 2005 (Eure) des suites d'une hémorragie interne en rapport avec une maladie hépatique. Il est inhumé au cimetière nouveau de Perrusson près de Loches.

Jacques Villeret : Vie privée avec Irina Tarassov

Il épouse la comédienne Irina Tarassov le 26 décembre 1979, après deux ans de vie commune, et élève Alexandre, le fils de celle-ci. Le couple se sépare en 1998. Il rencontre Seny, une africaine veuve qui s'apprêtait à quitter Lille pour vivre avec lui à Paris, quand il meurt d'une hémorragie interne consécutive à des problèmes hépatiques le 28 janvier 2005, à 53 ans, à l'hôpital d'Évreux. Il est enterré à Perrusson, auprès de sa grand-mère maternelle.

Irina Tarassov relate leur parcours et leur combat face à l'alcoolisme qui finit par emporter son ex-mari dans "Un jour tout ira bien" publié chez Flammarion en 2005.

 


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

Un acteur de grande qualité ce Jacques Villeret. Je suis étonné par son parcours, je ne savais absolument pas qu'il était d'origine alégrienne.