Ecrit le

Né le 8 Août 1982, Cédric nous a apporté le bonheur et la vie dans la maison. Ce petit bonhomme avalait la vie à pleines dents. Sa gaieté était naturelle, il ne trichait pas avec les sentiments et nous étions très fiers de notre garçon.

Nous avions un fils comme beaucoup de parents auraient voulu avoir ! Il adorait tout et tout le monde l'aimait, on ne pouvait rester indifférent à son sourire. Il connut sa moitié en la personne de Sabrina. Une fille très sympa à l'image de Cédric.

Maintenant, il est prisonnier d'une dalle de marbre avec son visage sur la stèle en forme de cœur. Lui qui avait peur du noir et du froid !!! Aujourd'hui, je dois parler de lui au passé, cela depuis le terrible accident de la route un samedi à la veille de l'été. Comment oublier cette nuit ou à 1h15 un coup de téléphone allait tout faire basculer ?

Comment oublier cette voix qui me demande de venir tout de suite sur les lieux de l'accident à quelques kilomètres de chez nous sans trop nous donner d'information ?

Comment oublier cette belle nuit d'été où le ciel était embrasé par les gyrophares des pompiers, des ambulances et des gendarmes ?

Comment oublier le regard de mon épouse devant cette catastrophe et qui ne comprenait pas que son FILS n'allait plus être à ses côtés pour lui dire "JE T'AIME MAMAN" ?

"On ne peut plus rien faire pour eux, restez-là avec votre épouse, on s'occupe de tout !!!". Là, j'ai compris que tout était fini et que jamais nous allions revoir notre FILS, notre CEDRIC. Dans ma tête, reviennent les images des dernières minutes avant de le voir partir chercher sa copine, je le vois encore nous faire un signe de la main en nous souhaitant une bonne nuit et promettant de ne pas rentrer tard, il passe un dernier coup de téléphone à sa sœur et ensuite...

En attendant, nous vivons aujourd'hui avec la pensée de notre FILS, là à côté de nous, à nous regarder survivre sur cette terre. Les seuls souvenirs restants, sont des photos et des vidéos impossibles à regarder. Commença le défilé incessant de tous ses amis venus lui rendre un dernier hommage. Tous ces jeunes âgés de 18 et 20 ans, anéantis là, et figés devant leur copain. L'enterrement et ce calme pesant lors de la célébration, pas un bruit, le calme absolu dans cette église qui ne pouvait pas accueillir tout ce monde.

Ma fille dans un ultime effort pour son frère, lut un poème qu'elle avait fait sur son lit de mort la veille. " Mon grand frère, mon seul frère !!! Dans cette nuit noire. Tu avais bien allumé tes phares. Mais seulement tu as croisé ce chauffard. L'automobile tu aimais mais tu ne roulais pas débile !! Tu étais très sérieux, tu étais tout pour nous, le mieux !! Il t'arrivait de mettre la musique à fond. Mais jamais à fond sur la pédale !! Tu me montrais le bon exemple, je copiais tout sur toi. Tu étais un ange, tu avais un cœur énorme. J'étais fière de toi ! Tu mettais de l'ambiance partout et tout le monde attrapait des fous rires. On t'aimait tous ! On voyait bien que sur le lit, ton visage a gardé le sourire ! Maintenant tu reposes en paix , Avec ta petit femme, C'est comme ca que tu l'appelais, Sabrina. Vous êtes partis à deux, l'un à côté de l'autre. Vous êtes partis heureux. En laissant les autres. Tu m'as vue naître, ouvrir mes yeux. Je t'ai vu mourir et fermer les tiens ! Je ne t'oublierai jamais !!! "

Vous les jeunes, ses amis !!! Vous qui roulez LEVEZ LE PIED !!!


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

On dit souvent "on quitte la vie au moment ou l' on a tout compris" qu'est ce qu'il y a à comprendre? rien ! Seulement à découvrir comment jouir de l'instant, de cette joie d'être sur cette terre. Cédric apparemment avait déjà acquis cette connaissance de la vie, il avait su trouver la voie de la joie ... C'est donc une âme précoce qui vous a tous doublé et continue sa route sur la danse de la vie. Quelque soit là ou il se trouve il continue sa route . On dit que le monde est clos qu'il y a la même quantité d'eau qu'au début du monde , pour moi cela veut dire que sous une forme ou sous une autre on reste connecté . L'amour qu'on se porte traverse les frontières et les mondes multiples. Que l'amour qu'il a semé dans votre famille ne cesse de grandir . Courage votre petit ange à rejoint le mien, ils sont juste un peu devant .
Je ne suis pas croyante mais votre façon de penser me plait beaucoup Gigi et en plus, on est plus obligé de parler des gens qu'on aime au passé...!
La pensée de Gigi est identique à la mienne. Nous en parlons souvent de notre Cedric mais tjrs au present, comme s'il etait là.. à coté de nous. Le sujet n'est pas tabou loin de là, la seule chose que nous n'arrivons pas à faire c'est d'essayer de le revoir en video.
Merci Gigi
Sa soeur qui a 5 ans de moins et qui est agée de 24 ans maintenant a eu deux problemes : celui d'etre plus agée que son frere et d'être maman depuis peu sans pouvoir partager ce bonheur avec Lui
Je préfère le monde de la rêverie aux paroles, au moins, pas de compte à rendre, personnes à blesser ou à choquer, le temps n'y a pas d'importance...
Ils continuent de vieillir avec nous, ce sont leur visage qui ne vieillissent plus. Je vous souhaite a tous beaucoup de bonheur avec l'arrivé de cet enfant. Je comprends sa douleur en tout cas...
salut dom, j'ai enfin eu le courage de lire tout ça comme promis, belle leçon de courage je peux pas en dire plus, nous on a perdu un pti loulou de 6 ans a cause d'un chauffard, on ne peu pas l'oublié. Mais je crois qu'il ne serait pas content de nous voire triste; biz
je compatis à votre douleur, étant moi même maman endeuillée. Et suis d'accord avec vous prudence, prudence ! trop d'accidents et de vies laissées sur le bord de la route
Domidric, votre fils était avec vous à se réjouir de la naissance de cet enfant. Mon fils, Rémi, est décédé le 4 Août 2007 dans un accident causé par des sangliers. Mi-juillet, il m'a déclaré qu'il ne fallait pas que j'attende qu'il soit, un jour, Papa et 3 heures avant son accident, il a déclaré à son meilleur ami "Je ne me vois pas vieillir, je sais que je mourrai jeune" et la fatalité a frappé. Depuis son départ, nous recevons beaucoup de signes de sa part, ce qui prouve, en dehors de toute idée religieuse, que la mort n'existe pas, c'est juste une séparation de corps et non d'esprit. L'Amour est le fil qui nous relie à nos êtres chers.
Mais quels signes?! si c'est pas indiscrets tout le monde parle de ces signes moi je n'en reçois pas? est ce que je ne les vois pas?!
Je ne peux qu'être sensible à ce témoignage puisque je vis aussi la perte de mon fils , qui lui s'est noyé à l'âge de 19 ans
tout comme vous, Domindric, le sujet n'est pas tabou et on parle librement de Quentin.
Il nous a laissé beaucoup de vidéos car il aimait se filmer quand il jouait de la guitare et chantait , j'arrive à les regarder et j'aime entendre le son de sa voix , alors bien-sûr selon l'état dans lequel je suis , je souris ou je pleure mais je suis heureuse d'avoir ces trésors..
je suis du même avis que Tiotte , le corps n'est qu'une enveloppe , l'âme survit dans un autre monde et je sens la présence de mon fils lorsque je suis au calme et je sais qu'il envoit des signes...ça a pris du temps à les comprendre mais j'en suis convaincue
Je vous souhaite beaucoup de courage, pour le moment (mon fils est décédé le 16 juin 2012 suite à un cancer ...)) tout les soirs je lui écris,le bilan de la journée et ca me fait du bien,j'ai lu "le deuil jous après jours il est bien) on sent notre impuissance,mais il est toujours avec moi quand même...................il faut continuer à le faire vivre pour le reste de la famille ,ses soeurs,filleule ,nièces.........
J'attends ta rèponse de parler fait du bien............
Amitiés
Andree42
Bjr et merci d'avoir evoqué votre deuil.
Que nos enfants disparaissent dans un accident ou apres une longue maladie, ils ne sont plus la. Seul les souvenirs restent c'est ce qui fait notre force. Ne les oublions pas. L'ecriture pour certaines personnes est une therapie.. d'autres en parlent beaucoup au present....à chacun sa façon de les faire encore exister.
Merci et bon courage à vous aussi.
Bonjour
Je viens de vous lire et comme vous je connais votre douleur qui est celle de perdre son enfant.
Aurélien mon fils est décédé en avril 2011 d'un accident de scooter. Un connard d'agriculteur qui prenait toute la route avec son enjin.
Comme je vous comprends et comme j'ai mal.
Je parle et pense tous les jours à mon fils.
Cette souffrance qui nous tenaille dans notre chair.
Mais à cette douleur qui est la pire pour des parents, j'ai du afronter seule 4 mois après une autre douleur car mon mari s'est consolé dans les bras d'une autre.
J'ai tout perdu en 4 mois. Mon enfant, mon mari, mon travail et je n'ai plus de repères car nous venions de vendre notre maison pour un autre projet.
Aujourd'hui seule aves son petit frère, j'essaie d'avancer de m'accrocher dans l'indifférence de certains.
Bonjour Sand,
Je viens de vous lire et je comprends votre double desarroi avec le décès votre garçon et la fuite de votre mari devant cette epreuve. Accrochez vous en apportant toute votre affection sur votre petit dernier qui lui ne doit pas souffrir de tous ces evenements. Courage à vous deux dans cette immense epreuve.
Bon matin,

Je vous écris du Québec, j'étais à la recherche de parents endeuillés et je suis arrivée sur votre site.

Domidric, je compatis avec vous et tous les parents endeuillés qui ont écrit ici. Perdre un enfant est très certainement l'épreuve la plus difficile que j'aies eue à vivre dans ma vie.

Mon "beau bonhomme", comme je le surnommais, Jeff, 28 ans, est décédé des suites d'un accident d'automobile alors qu'il était à l'aube de sa vie, le 31 décembre 2012, à son retour du travail. Une grande fatigue s'est emparée de lui et il s'est endormit. Je l'ai vu le 30 décembre, pris dans mes bras pour le remercier du cadeau qu'il venait de me donner et je l'ai revu sans vie, à l'urgence de l'hôpital.

Cependant, je m'accroche également à l'idée qu'après la mort du corps terrestre, l'âme revient pour y vivre d'autres expériences.

Je crois fermement que mon Jeff est tout près de moi pour m'aider à surmonter cet immense vide que je ressens. Je lui parle souvent, comme j'ai conservé tout ce qu'il me reste de lui, ses cendres, je le prends souvent pour le bercer, comme il aimait lorsqu'il était petit. Chaque petit geste qui me réconforte, je le fait et refait.

Je suis confiante qu'avec tout l'amour que nous avons échangé avec nos enfants, nous arriverons à surmonter notre peine pour laisser place à de doux souvenirs, si précieux.

Une parole souvent répétée, une habitude de vie, une odeur, un geste, un sourire unique, voilà ce qu'il nous reste.

Mon Jeff avait l'air à 16 ans de ce qu'il avait l'air à 28 ans....il avait l'air d'avoir un "grand vécu"....il avait une "vieille âme", comme on dit souvent ici au Québec et son temps sur terre, dans notre famille, est terminé.

Courage à tous, nous avons des anges en quantité qui veillent sur nous, il faut juste fermer les yeux pour les sentir nous câliner.
Bonjour,
J'ai perdu mon plus jeune fils Cédric qui venait de fêter ses 18 ans 16 jours plus tôt, dans un terrible accident de voiture. Je le reconnait dans la description de votre fils, il croquait la vie à pleines dents, toujours souriant avec un coeur en or. Cela fait un peu plus de 2 mois et il me manque terriblement. Il a un frère de 22 ans qui me soutient malgré son immense chagrin, mais je sens sa présence, et nous avons eu des signes plusieurs fois, ça parait fou pour certain mais seul nous pouvons le comprendre. Je pense que l'on ne se remet jamais d'un tel drame mais je lui ai fais la promesse de faire de mon mieux pour lui, parce que je sais qu'il n'aurai pas voulu ça et pour son frère.