Ecrit le

Ce matin, je me préparais dans ma salle de bain. Les idées en bataille, le cœur en cavale, je me pressais pour aller travailler. Quand ma chatte préférée, Tonnerre, la bien nommée, attira mon attention. Depuis le début de la journée, elle ne m’avait pas quitté. Elle, si libre, si sauvage, était câline et sans ombrage. Je fus arrêtée dans mon élan, quand je pris conscience qu’elle me cherchait depuis longtemps.

J’eu tout d’un coup  envie de lâcher ma brosse à dents et de vivre cet instant. Je me suis glissée  à ses cotés, assise parterre le dos contre la baignoire, je l'ai caressé.

Ce fut un moment magique, je ne sais pas comment il est arrivé. Je n’avais jamais  connu une telle perception de l’autre, du monde, de la vie. Le temps s’est dilaté, je suis  rentrée de  plein pied dans l’éternité.

Hors du temps, il n’y a plus de temps, de bruit, d’angoisse, la paix seulement, une étrange sensation, c’est difficile à décrire.

Je caressais  Tonnerre avec application, je ne cherchais rien, juste être là. Quand venant de nulle part, une question a envahi l’espace : « pourquoi  n’as tu jamais pris le temps de faire cela avec tes enfants ? »

J’allais retourner dans mes souvenirs, quand je t’ai entendu me dire : «  mais si tu l'as fait. Souviens-toi à l'hôpital mais aussi dans les bois, à la maison …tu l'as fait, j'y étais. » 

J’ai relevé la tête et mon regard a croisé le tien. Tu as surgi du passé fantôme tant aimé ! Tu étais là, accroupi, merveilleusement beau et lumineux.  Tes cheveux étaient plus longs et ton regard plus intense, différent. Rien à voir avec  un fantôme effrayant. Je n’ai eu ni peur ni angoisse. Aucune larme ne s’est manifestée. Cela était bien différent des expériences passées. Pour la première fois, je pouvais vivre cette rencontre, sans être submergée par mes émotions,  je n’avais aucune demande, aucun regret, mon esprit était calme, en paix.

J’étais dans l’acceptation de nos vies séparées. Dans ces deux réalités, nous pouvions nous  rencontrer. Le plus fou, c’est que je ressentais au plus profond de mon être que ce n’était pas extraordinaire mais juste naturel.

Je me souviens de ce dialogue sans mot où nos âmes ont pu communiquer. On goûtait la présence de l’autre dans la simplicité et la certitude que tout était parfait. J’ai bu cet instant comme un élixir de vie.

Puis, tu t’es levé, tu es parti, tout était dit. J’ai regardé la place vide où tu te trouvais,  mon regard s’est posé sur Tonnerre qui n'avait pas bougé. Brusquement  mon visage s'est embrasé, un sourire a déchiré mes lèvres, et la joie fulgurante, sauvage, a ouvert les portes de ma cage.

Enfin, la vie sans douleur est rentrée. Un fantôme m’a rendu ma joie,  mon amour c’était toi, guillaume, mon fils tant aimé.


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

Merci de ce partage !!
Pour ma part ,parfois j'ai envie de crier cette douleur qui me ronge chaque jour ..
Je ne peux accepter que cet ignoble personnage a retirer la vie de ma fille !!!
Belle pensées pour Guillaume
J'ai un fils qui a le même prénom
Amicalement
Cette histoire est vraiment magnifique, quelle chance d'avoir pu vivre un moment si intense et plein de joie, merci d'avoir partagé cette histoire