Voici 4 situations dans lesquelles vous pourriez être confrontées. Que dit alors la loi Leonetti ?

 

1/ La personne est consciente mais maintenue artificiellement en vie

 

Un personne tétraplégique a toute sa conscience, mais sa vie dépend d’une assistance respiratoire (respirateur).

Que dit la loi ?

Le patient à 2 possibilités :

* Il choisit de continuer à vivre ainsi
* Il désire arrêter les traitements qui le maintiennent artificiellement en vie.

Le médecin doit l’écouter, l’informer des conséquences de l’arrêt du traitement – la mort –, lui accorder un délai de réflexion. Si le patient persiste dans sa demande, le médecin a l’obligation de la respecter.

 

2/ La personne est consciente, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable

 

Un patient cancéreux qui n'a plus aucun espoir raisonnable de guérir et à qui on propose une chimiothérapie « de la dernière chance ».

Que dit la loi ?

* Le patient peut refuser le traitement.

S’il le refuse, le médecin doit respecter sa volonté.

 

3/ La personne est inconsciente, en état végétatif chronique

 

Un patient en coma prolongé. Il est inconscient et son maintien en vie dépend d’une assistance respiratoire et/ou d’une alimentation et d’une hydratation artificielles.

Que dit la loi ?

* Le patient étant incapable d’exprimer son opinion, c’est au médecin que revient la décision d’évaluer la situation.

Pour décider ou pas d’arrêter le traitement, il doit mettre en route la procédure collégiale suivante :

- La prise de décision doit être collégiale, associant au moins un autre médecin, sans aucune relation hiérarchique avec le premier.

- Il doit y avoir concertation avec l’équipe soignante (infirmières, aides-soignantes...).

- Le médecin doit consulter les directives anticipées, la personne de confiance, informer la famille. Et s’efforcer de prendre la décision
qui aurait été celle du patient si celui-ci avait pu le faire.

 

4/ La personne est inconsciente, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable

 

Un patient inconscient en phase terminale d’un cancer généralisé, pour lequel se pose la question de pratiquer une transfusion sanguine ou un traitement antibiotique.

Que dit la loi ?

* Le médecin doit appliquer la même procédure qu’au cas n° 3 afin de déterminer si le traitement envisagé représente ou pas, dans la situation précise, un acharnement thérapeutique. Si oui, il doit s’en abstenir.


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

ISHIA9-
Quelles sont les options possibles pour une personne (notre mère) très âgée qui souhaiterait abréger sa vie, dû à un déclin physique, mais qui ne VEUT pas passer par un déclin mental?En effet, cette situation intolérable a été vécue par son mari (notre père) décédé début 2009 dans des souffrances qu'il n'aurait jamais voulu supporter?? Merci de nous répondre.
Serait-il possible de se procurer les "médicaments" pour parer à cette éventualité, sachant que, nous, ces 5 enfants et ses deux neveux seront TOUS à ses côtés et répondant aux désirs de notre mère. Encore merci.