Inhumation : tout savoir sur une inhumation

Découvrez toutes les informations utiles à connaître autour de la notion d'inhumation : définition, les différentes coutumes, comment l'organiser ? Ou encore comment s'organise-t-elle ? Si vous désirez être informé sur la crémation, nous mettons à votre disposition des devis de pompes funèbres gratuits et sans engagement. 

Inhumation : définition

L' inhumation reste la coutume la plus répandue pour célébrer des funérailles en France et au monde.

Pratiquée par la plupart des religions, l’inhumation constitue avec la cérémonie qui l’accompagne, une étape importante dans le travail de deuil de par son aspect symbolique.

En effet, la mise en terre et la cérémonie représentent l’ultime adieu que font les proches au défunt. Une inhumation permet de conserver un lieu physique symbolisant la présence du défunt, lieu propice au recueillement. 

La période suivant un décès est particulièrement délicate à vivre, et pourtant vous devrez effectuer des démarches administratives. Le choix d'une inhumation ne fait malheureusement pas exception.

Une inhumation a lieu le plus souvent dans un cimetière et plus rarement dans une propriété particulière, doit se dérouler au moins 24 heures et au plus tard 6 jours après le décès et nécessite une autorisation administrative (permis d'inhumer). Si le décès a eu lieu à l'étranger ou dans un territoire d'outre-mer, le délai de six jours débute dès l'entrée du corps en France. Les dimanches et jours fériés ne sont pas compris dans le calcul de ces délais.

Elle est soumise à des règles telles que l’obligation de cercueil (l’inhumation sans cercueil étant interdite en France) ou le respect du règlement du cimetière.

Inhumation : l'organisation d'une inuhmation

Une inhumation est composée de l’arrivée du cercueil au cimetière puis du transport du cercueil par des proches. Ce moment est souvent chargé en émotions.

Puis enfin, les employés des pompes funèbres procèdent à la mise en terre ainsi qu’à la fermeture du caveau s’il y en a un.

Inhumation : lieu d'une inhumation

Le plus souvent une inhumation a lieu dans un cimetière, néanmoins il peut arriver qu’elle se fasse au sein d’une propriété privée.

Peuvent être inhumé dans un cimetière d'une commune les personnes:

- Inscrites sur la liste électorale de la commune

- Possédant une sépulture familiale dans un cimetière de la commune

- Résidant dans cette commune

- Décédées dans cette commune

 

Inhumation dans un cimetière

En prévision d'une inhumation si vous ne possédez pas de concessions dans un cimetière, effectuez une demande d’ouverture de concession au cimetière concerné. Sachez qu’il existe différents types de concessions, elles peuvent être provisoires (30, 50 ans) ou perpétuelles.  Si vous avez de faibles revenus, sachez qu’il existe des concessions de courte durée qui vous seront délivrées pour cinq ans à titre gratuit ou à un coût minime.

Vous devrez en outre effectuer une demande de permis d’inhumer au maire de la commune où aura lieu l’inhumation, signée de la main de la personne organisant les obsèques du défunt. Vous devrez remettre ce permis ainsi que l’acte de décès aux aux autorités administratives de la commune d' inhumation.

La creusée de la tombe est en général effectuée par les services municipaux. Néanmoins la commune peut avoir recours à une entreprise de pompe funèbre pour le faire. Renseignez-vous auprès des services d’état civil de la commune concernée pour obtenir les délais ainsi que les démarches à effectuer.

Inhumer le défunt dans un caveau familial

Si le défunt est le conjoint d’un co-indivisaire d'une concession, le conjoint a le droit de l’inhumer dans la sépulture sans l'assentiment des autres héritiers.

Si le défunt est étranger à la famille dans une concession, le défunt peut-être inhumé dans la sépulture d’une famille, s’ils partageaient des liens particuliers d’affection, et que le maire de la commune en donne l’autorisation.

Inhumation dans une propriété privée

Contrairement à une idée répandue, il n’est pas impossible d’être inhumé chez soi. Certains chanceux peuvent encore être inhumés au pied d’un arbre.

Les conditions sont assez strictes. L’autorisation délivrée par le préfet dépend de la non-proximité d’autres habitants, de la situation géographique de la propriété, ainsi que de la composition du sol. Il faut que la propriété du défunt soit en dehors de l’enceinte de la ville ou du bourg.

Vous devrez peut être payer une taxe communale d’inhumation comme au cimetière. Se renseigner auprès de la Mairie.

Inhumation : La vente d’une propriété abritant une sépulture

Les sépultures ne sont pas concernées par les règles du droit de la propriété et la libre disposition des biens. Elles n’ont donc aucune valeur monétaire.

Ainsi on ne peut pas considérer que les vendeurs d'une propriété sur laquelle se trouve une sépulture ont renoncé à leurs droits sur celle-ci.

La sépulture étant inaliénable, incessible et imprescriptible, les vendeurs ont toujours un droit sur la sépulture ainsi que sur sa voie d'accès. Vous pouvez donc vous rendre sur la sépulture de votre ancienne propriété même si celle-ci ne vous appartient plus.

Entre outre, le nouveau propriétaire a une obligation d'entretien.

Coût d'une inhumation

L' inhumation est la cérémonie la plus chère en raison du travail de marbrerie. Ainsi le coût d'une inhumation est de 30% plus élevé que la crémation.

Ainsi selon la Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie, une inhumation coûte en moyenne à 4 000 euros, le coût d’une crémation s’élève en moyenne à 3 500 euros.

Le coût d’une inhumation est très variable, selon les services choisis.

  • le recours à des porteurs (environ 300 euros)

Le recours à un porteur n’est pas obligatoire, mais conseillé car le poids moyen d’un cercueil s’élève à 80 kilos.

  • le recours à un maître de cérémonie (environ 150 euros)
  • la location d’un corbillard (environ 200 euros)

La location d’un corbillard pour l' inhumation est obligatoire

  • le choix du cercueil, (prix moyen d’un cercueil en chêne 1100 euros)
  • le creusement de fosse (entre 300 et 400 euros)
  • la cérémonie religieuse (environ 150 euros)

Néanmoins les services secondaires ont également un coût

- les soins de conservation (entre 300 et 400 euros)

- une à signature plus registre (entre 50 et 100 euros)

- la pose d'un piquet ou d'une croix de marquage de tombe (entre 50 et 100 euros)

Viennent s’ajouter les frais de cimetière. En effet, une inhumation nécessite l’achat de la concession d’un terrain de 2 m2 minimum. Le prix d’une concession varie selon la durée et les communes.

Si vous désirez faire construire un caveau, il vous en coûtera entre 800 et 2000 euros. En outre l’ajout d’un monument gravé est facturé 1 500 euros au minimum.

En raison des prix qui varient grandement d’une entreprise à l’autre, il vous est conseillé de comparer plusieurs devis.

 

 

Cremation ou inhumation ? Testamento vous propose de faire votre choix.