La possibilité de se faire accompagner dans la traversée de son chagrin, le temps de reprendre pied, est relativement récente en France.

Des groupes d’entraides pour le soutien au deuil sont apparus en France depuis une quinzaine d’année. Formés sur le modèle des groupes de paroles et d’échanges d’expériences existants aux États-Unis, ils proposent des réunions.

En France aujourd’hui, de nombreuses structures associatives, offrent aux endeuillés l’aide de professionnels ou de bénévoles formés à ce type de soutien. L’accueil proposé, le plus souvent gracieusement ou moyennant une adhésion modique à l’association, peut prendre différentes formes : écoute téléphonique, entretiens individuels ou familiaux et groupes d’entraide.

Parmi ces derniers, certains réunissent les endeuillés selon leur âge ou la spécificité de leur vécu (perte d’un enfant, d’un conjoint, deuil après suicide, deuil périnatal.

Les personnes qui vivent un deuil ont besoin de soutien généralement au bout de 6 mois, quand l’entourage se détourne, pensant qu’ils vont mieux et qu’il est temps de tourner la page.  Se sentant très isolé, l’endeuillé éprouve alors le besoin d’un interlocuteur.

Parfois, un ou plusieurs coups de fil peuvent suffire à calmer une crise d'angoisse ou à apporter des éléments de réponse à ses nombreuses questions. Les personnes qui sollicitent un contact, envisagent souvent d'appeler, mais elles ne désirent pas toujours se déplacer, ni dialoguer avec d'autres endeuillés.

Après un long travail et de l'accompagnement, il devient possible de se tourner de nouveau vers la vie, de réinvestir petit à petit de nouvelles relations, de nouveaux attachements. Aimer la vie ne veut pas dire oublier l'autre.

Essentiellement basées à Paris, les associations d’accompagnement après le deuil disposent pour certaines des antennes en régions comme la Fédération européenne vivre son deuil, la Fédération Jalmalv ou encore l’Association Élisabeth Kübler-Ross.

 

Zoom sur l'association Apprivoiser l’Absence 

 

L'association Apprivoiser l’Absence propose des groupes d’entraide pour échanger avec d’autres parents en souffrance.

Ceux qui sont un peu plus loin sur leur chemin accueillent les autres. Chacun s’y sent accepté tel qu’il est, avec sa souffrance, ses sentiments de colère, de culpabilité, de tristesse…

Chacun est écouté dans son cheminement, ses avancées, ses reculées. Chacun peut parler de son enfant, de ses difficultés à survivre. Les témoignages des uns et des autres deviennent petites lumières d’espérance pour continuer à vivre malgré tout.

Cette association existe uniquement en Ile-de-France (à Paris) et dans le Morbihan (à Vannes).

Elle propose aux parents endeuillés par la perte d’un enfant des groupes d’entraide ; quels que soient la cause du décès (accident, maladie, suicide, assassinat, disparition) ou l’âge de l’enfant. Une dizaine de parents se réunissent, en soirée, autour de deux animateurs (un parent endeuillé et un psychologue, ou deux parents endeuillés), pendant douze rencontres.

Ils peuvent ainsi partager leurs souffrances et explorer différents thèmes autour du deuil : la culpabilité, la tristesse, les relations aux autres, les croyances, les affaires de l’enfant… Ils créent également des liens très forts entre eux qui perdurent par la suite.

Si vous voulez les contacter, écrivez contact@apprivoiserlabsence.com ou téléphonez : 07 86 38 10 65, Apprivoiser l’Absence, Marie-Odile Blanty,

 

Consultez également notre "annuaire" pour trouver les associations près de chez vous.


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

The article you have shared here very good. This is really interesting information for me. Thanks for sharing!
light novel