Durant très longtemps, le souhait de malades ou de leurs proches de quitter l'univers hospitalier et de revenir à leur domicile n'a pu être entendu faute de solutions techniquement adaptées et médicalement sécurisées. Désormais et de plus en plus, les quelques 300 établissements d'HAD installés sur le territoire national permettent de satisfaire ces demandes. Plus de 90 000 patients ayant été ainsi pris en charge en 2009.

Alternative à l’hospitalisation traditionnelle, l’HAD prend en charge des patients de tous âges atteints de pathologies graves ou aigües. En juillet 2009, la  loi "Hôpital Patients Santé Territoire" reconnait l'HAD comme un mode d'hospitalisation à part entière et garantit la protection de l'appellation "hospitalisation à domicile".

Elle permet d'assurer au domicile du patient des soins médicaux et paramédicaux importants, pour une période limitée mais renouvelable en fonction de l'évolution de son état de santé. L'établissement d'HAD assure la continuité des soins 24 heures/24h, 7 jours/7j et 365 jours/365j.

Elle a pour finalité d'éviter ou de raccourcir une hospitalisation en établissement. Il y a plus de 300 établissements d’HAD en France, de statuts variés - publics, participants au service public hospitalier (PSPH), associatifs et privés à but lucratif.

L'adulte ou l'enfant ou la personne âgée, est admis en HAD sur prescription médicale, soit sur demande du médecin traitant, soit après une consultation hospitalière, soit à la suite d'une hospitalisation dans un établissement de santé avec hébergement,

La justification de cette hospitalisation à domicile est appréciée par le médecin coordonnateur de l'HAD. Le délai d'admission est de 24 heures à 72 heures, modulable suivant le cas et la situation du malade. Il peut être réduit à moins de 24 heures s'il s'agit d'un malade précédemment pris en charge en HAD.

L'hospitalisation à domicile permet de placer le malade au cœur d'un dispositif médicalisé organisé pour lui, autour de lui, avec lui, dans son cadre habituel de vie.